fbpx

La journée des droits de la femme marque une nouvelle ère

Celle de la Femme “patron”,  “geek”, “fêtarde”, célébrant sa liberté.

Juxtaposant les opposés, créant  des environnements paradoxaux, la gente féminine ne parle plus que de liberté et d’ailleurs, elle est libre de parler de tout !

Longtemps réduite à ses charmes, la journée des droits de la femme célèbre une gente féminine de toute beauté.

Cependant en Martinique, de vieilles rengaines pavent encore nos conversations. Bientôt elles sonneront comme des “carreaux”. Apprenons à recomposer. Offrez des fleurs à celles qui :

  • N’aiment pas les “milans”,
  • Ne cuisinent pas,
  • N’aiment pas se maquiller,
  • Prennent deux minutes dans la salle de bain,
  • Fan de mécanique et de sports extrêmes, etc.

 

Et alors? Et celles qui répondent aux clichés?

 Tant mieux pour elles, car un cliché est outrageant uniquement quand il divise, emprisonne, rabaisse.

Mesdames, Mesdemoiselles : Fleurêve vous souhaite une Bonne journée ! 

Journée des droits de la femme : célébrons la liberté 

Paulo COELHO disait “Personne ne perd personne parce que personne ne possède personne. C’est cela la véritable expérience de la liberté : avoir la chose la plus importante au monde, sans la posséder.”

Honorer l’égalité entre femmes et hommes, c’est aussi reconnaître l’originalité de succès au-delà des codes imposés aux genres.

En l’occurrence un accomplissement à pour substance la passion de l’individu, les capacités de réalisations sont détachées du sexe. Ni sexe fort, ni sexe faible.

En cette journée des droits des femmes, nous attirons votre attention sur ces stéréotypes dangereux. En ce 8 mars, rappelons-nous qu’il y a encore beaucoup de progrès à faire. Interconnecté(e) ? Oui !

Néanmoins personne ne doit plus prétendre posséder la part d’indépendance de son prochain. Aller à l’encontre de l’émancipation d’un être humain c’est dénaturer la vie.

Pour la journée des droits de la femme, soutenez l’épanouissement d’un sentiment de liberté !

Le 8 Mars : hommage à celles qui souffrent 

Qui n’a jamais pensé à offrir des fleurs pour s’excuser ?

Quoi de plus touchant pour conclure une dispute sinon un bouquet de roses et des mots doux. Favorisant l’interconnexion entre les êtres, ce geste (offrir un bouquet de fleurs) est porteur de paix.

Hélas réduite à l’état de génitrice ou pire, à une condition sexuelle, objet de désir, beaucoup d’entre elles n’auront pas cette chance en ce 8 mars 2019.

La journée des droits de la femme n’est pas la seule occasion d’y être sensible. 

Privées de leurs corps, incapables de vivre selon leurs désirs, celles qui souffrent sont diminuées. Les désirants pour leurs charmes, leurs geôliers oublient… qu’emprisonner la volonté d’une femme, c’est se priver de sa beauté.

Cueillies trop vites, trop tôt, martyrs.

Nous ne les oublions pas, leurs souvenirs fleurissent en toute liberté.

Fleurêve encourage toutes celles qui luttent, s’expriment, se libèrent !

Protéger une femme c’est protéger la vie

A une autre époque, nous aurions écrit à propos de douceur et de volupté, de sourires et de vaillance. Ecrire un article sur les femmes pour le 8 mars c’est aussi célébrer la liberté de la nature humaine.

La journée des droits de la femme, c’est rappeler certains paradoxes, en effet, parfois limitées à un rôle de génitrice, les femmes portent la vie sans être respectées à la hauteur de cette responsabilité.

Nous espérons, pour les années à venir, ne plus revendiquer, un droit légitime : la dignité.

Offrir des fleurs à une femme c’est aussi l’occasion de lui dire : merci d’exister !

 

Offrez des fleurs en Martinique avc Fleurêve !

Nous livrons !

neque. massa sit lectus odio non ut justo Aliquam Phasellus dictum felis